Amour d’hiver/Épilogue

 
NOUS nous disions : quand le printemps
Ramènera dans son haleine
La splendeur des lys éclatants
Et l’allégresse de la plaine.

O printemps qui ne reviens pas !
Quand du bout d’azur de ton aile
Tu réveilleras sur nos pas
L’âme des choses fraternelles

Sous les bercements infinis
Des feuillages que tu caresses,
Quand, de la tendresse des nids
L’écho doublera nos tendresses.

Quand passera sur notre front
Le frisson de tes palmes vertes,
Quand nos baisers s’embaumeront
Au calice des fleurs ouvertes

Étant de ces cœurs que ravit
Tout ce que ton éclat décore,
Dans l’amour de tout ce qui vit,
Nous nous aimerons mieux encore !

Nous nous mêlerons, radieux,
A ta grande fête, ô notre hôte,
Sentant en nous l’âme des Dieux
Hélas ! à qui de nous la faute ?

Dans un souvenir sans remords
Je compte les heures trop brèves.
— Le printemps naît ! l’amour est mort.
Ce que c’est que nos pauvres rêves !

Undefined
Year Written: 
1857
Year Rounded: 
1 800
Year Estimate Only: 

More from Poet

... C'est qu'ils portent en eux, les arbres fraternels,
Tous les débris épars de l'humanité morte
Qui flotte dans leur sève et, de la terre, apporte
A leurs vivants rameaux ses aspects éternels.

Et, tandis qu'affranchis par les métamorphoses,
Les corps brisent...

 
Parlez, terrestres voix, chant nocturne des choses,
Des langues à venir chuchotement lointain,
Cris des enfantements, chœur des métamorphoses,
Dernier adieu des morts dont la forme s’éteint ;

Bruit des déchirements sans fin de la Matière,
Lent et...

 
SOUS la calme splendeur de son front ingénu
Quelle pensée habile ou quel rêve sommeille ?
On croirait voir encor sur sa bouche vermeille
Un mystique sourire imprégné d’inconnu.

Le col harmonieux se dresse, pur et nu,
Sous la nuque arrondie aux gerbes d’or...

 
DANS le vieil hôtel catholique
J’aime surtout la grande cour
Où veille un fantôme de tour
Sur lequel un lierre s’applique.

Un platane mélancolique
Y garde avec un vague amour
Une urne à l’austère contour
Où dort, sans doute, une relique

...

 
LA vie est comme une colline
Dont l’aube éclaire le penchant,
Prompte à gravir et qui s’incline
Bientôt vers le soleil ...