L’Âme cachée

 

IL n’est pas bon de trop se regarder agir
Ni de scruter le fond obscur de ses pensées :
Que d’œuvres chaque jour par l’esprit commencées
Dont l’intime secret force l’âme à rougir !

Marche naïvement comme un enfant candide,
Sans rechercher toujours la raison de tes pas ;
Peut-être que, honteux, tu n’avancerais pas,
Connaissant le motif ignoré qui te guide.

Rien n’est pur tout à fait dans le cœur des humains ;
Le mal originel, comme une sombre tache,
Aux plus beaux sentiments subtilement s’attache, ―
Et le poignard est dans la loyauté des mains !

Ne te regarde pas au miroir de ton âme
Accomplir doucement ton paisible destin.
Devant ton acte clair et ton désir certain
Le dégoût te prendrait de te savoir infâme !

Vis sans te croire bon, sans te craindre méchant ;
Ton amour est pareil à celui qu’on te donne.
Par la tienne, sachant la faiblesse, pardonne.
Ta voix d’ange déchu peut encore être un chant.

L’homme est fourbe, orgueilleux, imparfait, misérable ;
Sur son fumier, le rêve éclot comme une fleur :
Respire son arome, admire sa couleur,
Et rends grâce à jamais au rêve secourable

S’il te fait oublier quel mal ronge ton cœur !

1898

More from Poet

Dans le vent qui les tord les érables se plaignent,
Et j'en sais un, là-bas, dont tous les rameaux saignent !

Il est dans la montagne, auprès d'un chêne vieux,
Sur le bord d'un chemin sombre et silencieux.

L'écarlate s'épand et le rubis s'écoule
De sa large ramure...

 

DANS l’océan du ciel d’avril, gonflant leurs voiles,
Les nuages, pareils à de légers bateaux,
Naviguent, éclatants, vers des îles d’étoiles,
Avec la majesté des cygnes sur les eaux.

Ils voguent, sans troubler d’un remous l’onde bleue ;
...

 

LES Visions du soir passent, comme des vierges
En fins souliers d’azur, en robes de lin blanc,
Et leurs doigts délicats sont étoilés de cierges
Dont le feu pâle est sous l’haleine vacillant.

Les Visions du soir, cortèges angéliques,
Chantent, dans la...

 

J’IMPROVISE ces vers mystérieux pour une
Qui rayonne de grâce et de blanche beauté,
Dont le regard semble un crépuscule d’été
Qui se meurt lentement par un lever de lune.

Je ne sais pas pourquoi je lui donne ces vers.
Je vois dans ma pensée éclore son...

 

AUX feux de mon esprit qui s’allume dans l’ombre,
Je me regarde vivre avec étonnement :
Une fierté triomphe en ma stature sombre,
Et je suis comme un roi promis au firmament !

J’ai des chants de victoire au cœur, je me célèbre !
Comme autrefois David...