Du partement d'Anne

Où allez-vous, Anne ? que je le sache, Et m'enseignez avant que de partir Comme ferai, afin que mon oeil cache Le dur regret du coeur triste et martyr. Je sais comment ; point ne faut m'avertir Vous le prendrez, ce coeur, je le vous livre ; L'emporterez pour le rendre délivre Du deuil qu'aurait loin de vous en ce lieu ; Et pour autant qu'on ne peut sans coeur vivre Me laisserez le vôtre, et puis adieu.

French
Year Written: 
1516
Year Rounded: 
1 500
Year Estimate Only: 

More from Poet

En languissant et en griève tristesse Vit mon las coeur, jadis plein de liesse, Puisque l'on m'a donné mari vieillard. Hélas, pourquoi ? Rien ne sait du vieil art Qu'apprend Vénus, l'amoureuse déesse. Par un désir de montrer ma prouesse Souvent l'assaus : mais il demande : " où est-ce ? ", ou...

J'attends secours de ma seule pensée : J'attends le jour, que l'on m'écondira, Ou que du tout la belle me dira : "Ami, t'amour sera récompensée." Mon alliance est fort bien commencée, Mais je ne sais comment il en ira : Car, s'elle veut, ma vie périra, Quoiqu'en amour s'attend d'être avancé Si j...

Me souvenant de tes bontez divines Suis en douleur, princesse, à ton absence ; Et si languy quant suis en ta presence, Voyant ce lys au milieu des espines. Ô la doulceur des doulceurs femenines, Ô cueur sans fiel, ô race d'excellence, Ô traictement remply de violance, Qui s'endurçist pres des...

Tout au rebours (dont convient que languisse) Vient mon vouloir : car de bon coeur vous visse, Et je ne puis par-devers vous aller. Chante qui veut, balle qui veut baller, Ce seul plaisir seulement je voulsisse. Et s'on me dit, qu'il faut que je choisisse De par-deçà dame qui m'éjouisse, Je ne...

Du premier coup, entendez ma réponse, Fols détracteurs. Mon Maître vous annonce Par moi, qui suis l'un de ses clercs nouveaux, Que pour rimer ne vous craint deux naveaux, Et eussiez-vous de sens encor une once. Si l'épargnez, tous deux je vous renonce : Piquez-le donc mieux que d'épine ou ronce...