Après l’hiver

 

Germinal a fondu la neige, les glaçons,
Et, pour chasser autans, brouillards et feuilles sèches,
Pour rendre à la forêt sa sève et ses chansons,
Le soleil lancera demain toutes ses flèches !

Les grands bœufs amaigris ont déserté leurs crèches
Pour paître en liberté les renaissants gazons ;
Et les troupeaux bêlants vont mirant leurs toisons
Au limpide cristal des eaux pures et fraîches.

Derrière sa charrue au soc étincelant,
Le laboureur hâlé foule d’un pas très lent
Le pré qui fume aux feux que le printemps épanche.

Une âcre senteur court dans la brise de mai,
Et le bois qui bourgeonne est déjà parfumé
Comme la nef qu’emplit tout l’encens du dimanche.

Undefined
Year Written: 
1912
Year Rounded: 
1 900

More from Poet

Notre langue naquit aux lèvres des Gaulois. Ses mots sont caressants, ses règles sont sévères, Et, faite pour chanter les gloires d'autrefois, Elle a puisé son souffle aux refrains des trouvères. Elle a le charme exquis du timbre des Latins, Le séduisant brio du parler des Hellènes Le chaud...

La nuit d'hiver étend son aile diaphane Sur l'immobilité morne de la savane Qui regarde monter, dans le recueillement, La lune, à l'horizon, comme un saint-sacrement. L'azur du ciel est vif, et chaque étoile blonde Brille à travers les fûts de la forêt profonde. La rafale se tait, et les sapins...

Derrière deux grands boeufs ou deux lourds percherons, L'homme marche courbé dans le pré solitaire, Ses poignets musculeux rivés aux mancherons De la charrue ouvrant le ventre de la terre. Au pied d'un coteau vert noyé dans les rayons, Les yeux toujours fixés sur la glèbe si chère, Grisé du...

C'est un après-midi du Nord. Le ciel est blanc et morne. Il neige ; Et l'arbre du chemin se tord Sous la rafale qui l'assiège. Depuis l'aurore, il neige à flots ; Tout s'efface sous la tourmente. A travers ses rauques sanglots Une cloche au loin se lamente. Le glas râle dans le brouillard, Qu'...

 
À Mme C. P.

La jeune mère, avec son fils, sur le gazon
Du parc vient de humer la brise printanière.
Le soleil moribond de sa lueur dernière
Empourpre vaguement le bord de l’horizon.

À peine le baiser du vent met un frisson
Dans les...