À l’aventure

 

DÉJÀ des feuilles qui jaunissent !
C’est l’automne avançant un peu
Avec les nuages qui glissent
Dans l’immensité du ciel bleu.

L’air est tiède, le vent tranquille,
Et l’on dirait qu’un grand repos
Enveloppe soudain la ville
Pour préparer des temps nouveaux.

Je n’entends plus mes hirondelles
A l’harmonieux gazouillis :
Peut-être, ce matin, sont-elles
En route pour de chauds pays…

Qu’elles y rencontrent bon gîte,
Insectes à leurs appétits,
Et qu’elles reviennent bien vite
Recommencer d’autres petits !

Autour de leurs maisons désertes
L’hiver glacial soufflera ;
Sur les frêles toitures vertes,
Des jours entiers il neigera.

Puis, avril ramènera l’heure
Accueillante du gai retour,
Et la familière demeure
Reconnaîtra leurs chants d’amour !

Mais les fleurs sont belles encore ;
Les troupeaux broutent dans les champs,
Et la campagne se décore
De paysages attachants.

Partons ! Le lointain nous appelle !
Allons regarder pour l’aimer
La bonne terre maternelle :
Va, mon cœur, va t’en embaumer !

Que de longues routes ombreuses,
Épousant les courbes de l’eau,
Offrent les surprises heureuses
D’un même objet toujours nouveau !

Septembre est propice au voyage ;
L’air est si doux, si beau le bois,
Si charmeur le petit village
Quand il semble encor d’autrefois !

Dans les chemins grattent les poules,
Ayant pour chef de file un coq
Apte a la conduite des foules,
Le port fier, et l’ergot en croc !

 

Et devant la demeure ancienne,
On aperçoit de vieilles gens
Qui tricotent des bas de laine
De leurs doigts encor diligents.

Antiques foyers, maisons chères,
Les seules où vivent vraiment
Les traditions séculaires !
Chacune est comme un monument.

La voiture file ; on respire
L’odeur du fleuve à pleins poumons ;
On s’extasie, et l’on admire
Le profil gracieux des monts…

Voici l’ombre qui se propage ;
Mon plaisir exquis va finir :
L’inconvénient du voyage,
C’est qu’il faut toujours revenir !

Undefined
Year Written: 
1898
Year Rounded: 
1 800
Year Estimate Only: 

More from Poet

Dans le vent qui les tord les érables se plaignent,
Et j'en sais un, là-bas, dont tous les rameaux saignent !

Il est dans la montagne, auprès d'un chêne vieux,
Sur le bord d'un chemin sombre et silencieux.

L'écarlate s'épand et le rubis s'écoule
De sa large ramure...

 

DANS l’océan du ciel d’avril, gonflant leurs voiles,
Les nuages, pareils à de légers bateaux,
Naviguent, éclatants, vers des îles d’étoiles,
Avec la majesté des cygnes sur les eaux.

Ils voguent, sans troubler d’un remous l’onde bleue ;
...

 

LES Visions du soir passent, comme des vierges
En fins souliers d’azur, en robes de lin blanc,
Et leurs doigts délicats sont étoilés de cierges
Dont le feu pâle est sous l’haleine vacillant.

Les Visions du soir, cortèges angéliques,
Chantent, dans la...

 

J’IMPROVISE ces vers mystérieux pour une
Qui rayonne de grâce et de blanche beauté,
Dont le regard semble un crépuscule d’été
Qui se meurt lentement par un lever de lune.

Je ne sais pas pourquoi je lui donne ces vers.
Je vois dans ma pensée éclore son...

 

AUX feux de mon esprit qui s’allume dans l’ombre,
Je me regarde vivre avec étonnement :
Une fierté triomphe en ma stature sombre,
Et je suis comme un roi promis au firmament !

J’ai des chants de victoire au cœur, je me célèbre !
Comme autrefois David...