À Délie : « Oui ! cette plainte échappe à ma douleur »

    Oui ! cette plainte échappe à ma douleur :
        Je le sens, vous m’avez perdue.
Vous avez, malgré moi, disposé de mon cœur,
Et du vôtre jamais je ne fus entendue.

        Ah ! que vous me faites haïr
Cette feinte amitié qui coûte tant de larmes !
    Je n’étais point jalouse de vos charmes,
Cruelle ! de quoi donc vouliez-vous me punir ?
        Vos succès me rendaient heureuse ;
    Votre bonheur brillait dans mon chemin ;
Et quand je vous voyais attristée ou rêveuse,
Pour vous distraire encor j’oubliais mon chagrin.
Mais ce perfide amant dont j’évitais l’empire,
Que vous avez instruit dans l’art de me séduire,
Qui trompa ma raison par des accents si doux,
        Je le hais encor plus que vous.
Par quelle cruauté me l’avoir fait connaître ?
Par quel affreux orgueil voulut-il me charmer ?
        Ah ! si l’ingrat ne peut aimer,
        À quoi sert l’amour qu’il fait naître ?
        Je l’ai prévu, j’ai voulu fuir ;
    L’amour jamais n’eut de moi que des larmes :
        Vous avez ri de mes alarmes,
Et vous riez encor quand je me sens mourir !

Grâce à vous, j’ai perdu le repos de ma vie :
    Votre imprudence a causé mon malheur,
Et vous m’avez ravi jusques à la douceur
        De pleurer avec mon amie !
    Laissez-moi seule avec mon désespoir ;
    Vous ne pouvez me plaindre ni m’entendre ;
Vous causez la douleur sans même la comprendre :
À quoi me servirait de vous la laisser voir ?
Victime de mon cœur, par vous-même trahie,
J’abhorre l’Amitié, je la fuis sans retour,
        Et je vois, à sa perfidie,
        Que l’ingrate est sœur de l’Amour !

1806

More from Poet

Ô délire d'une heure auprès de lui passée,
Reste dans ma pensée !
Par toi tout le bonheur que m'offre l'avenir
Est dans mon souvenir.

Je ne m'expose plus à le voir, à l'entendre,
Je n'ose plus l'attendre,
Et si je puis encor supporter l'avenir,
C'est...

N'écris pas. Je suis triste, et je voudrais m'éteindre.
Les beaux étés sans toi, c'est la nuit sans flambeau.
J'ai refermé mes bras qui ne peuvent t'atteindre,
Et frapper à mon coeur, c'est frapper au tombeau.
N'écris pas !

N'écris pas. N'apprenons qu'à mourir à...

Tu m'as connue au temps des roses,
Quand les colombes sont écloses ;
Tes yeux alors pleins de soleil
Ont brillé sur mon teint vermeil.
Souriant à ma destinée,
Par ta douce force entraînée,
Je ne t'aimai pas à demi,
Mon jeune ami, mon seul ami !

À...

Vous souvient-il de cette jeune amie,
Au regard tendre, au maintien sage et doux ?
À peine, hélas ! Au printemps de sa vie,
Son coeur sentit qu'il était fait pour vous.

Point de serment, point de vaine promesse :
Si jeune encore, on ne les connaît pas ;
Son...

Des roses de Lormont la rose la plus belle,
Georgina, près des flots nous souriait un soir :
L'orage, dans la nuit, la toucha de son aile,
Et l'Aurore passa triste, sans la revoir !

Pure comme une fleur, de sa fragile vie
Elle n'a respiré que les plus beaux...