Ce doux hiver qui égale ses jours

Ce doux hiver qui égale ses jours 
À un printemps, tant il est aimable,  
Bien qu’il soit beau, ne m’est pas agréable,  
J’en crains la queue, et le succès toujours.

J’ai bien appris que les chaudes amours,  
Qui au premier vous servent une table 
Pleine de sucre et de mets délectable,  
Gardent au fruit leur amer et leurs tours.

Je vois déjà les arbres qui boutonnent 
En mille nœuds, et ses beautés m’étonnent,  
En une nuit ce printemps est glacé,

Ainsi l’amour qui trop serein s’avance,  
Nous rit, nous ouvre une belle apparence,  
Est né bien tôt bien tôt effacé.

1572

More from Poet


...

 

Mes volages humeurs, plus sterilles que belles,
S’en vont ; et je leur dis : Vous sentez, irondelles,
S’esloigner la chaleur et le froid arriver.
Allez nicher ailleurs, pour ne tascher, impures,
Ma couche de babil et ma table d’ordures ;
Laissez dormir en...

Ce doux hiver qui égale ses jours 
À un printemps, tant il est aimable,  
Bien qu’il soit beau, ne m’est pas agréable,  
J’en crains la queue, et le succès toujours.

J’ai bien appris que les chaudes amours,  
Qui au premier vous servent une table 
Pleine de...

A l'éclair violent de ta face divine,
N'étant qu'homme mortel, ta céleste beauté
Me fit goûter la mort, la mort et la ruine
Pour de nouveau venir à l'immortalité.

Ton feu divin brûla mon essence mortelle,
Ton céleste m'éprit et me ravit aux Cieux...