Oder Jambica

O Wie glückselig ist der Mann/
Wiewol stehn doch desselben Sachen:
Den Amor nicht bezwingen kan/
Noch jhn zu einen Sclaven machen.

Ein...

Poet: Johann Rist

Tu parlais du jardin où les roses claustrales
Pour les bouquets d’autel fleurissaient doucement,
Des nonnes dans l’enclos lumineux et dormant
Cueillant...

 
Toi qui hantes mes nuits, spectre éternel du Temps,
Ombre énorme et sans voix, monstre aux molles vertèbres
Dont on épie en vain les pas dans les ténèbres,
Je te sais près de moi ; je tremble et je t’attends.

Oh bonté ! ai-je donc peur ? Que tes mépris absolvent...

IV

Quand nous serons vainqueurs, nous verrons. Montrons-leur,
Jusque-là, le dédain qui sied à la douleur.
L'oeil âprement baissé convient à la défaite.
Libre, on était apôtre, esclave, on est prophète ;
Nous sommes garrottés ! Plus de...

Poet: Victor Hugo

 
Oh ! pourquoi suis-je né dans la première aurore
D’un avenir que nul prophète n'a prédit,
Pour qu’en entrevoyant ce qui n’est pas encore,
Je trébuche à ce seuil que la lumière dore,
Et que la mort inévitable m’interdit !

O siècles, millions et millions d’...

De colline en colline
La grande route s’incline
Au crépuscule autour du mont.
Nous qui sommes les hommes
Qui descendons
Vers les ombres de la...

Vous partez, chers amis ; la bise ride l’onde,
Un beau reflet ambré dore le front du jour ;
Comme un sein virginal sous un baiser d’amour,
La voile sous le vent palpite et se fait ronde.

Une écume d’argent brode la vague blonde,
La rive fuit. — Voici Mante et sa...

Point d’injure ! silence autour du vieillard blême,
Dernier représentant de l’époque problème.
Les aînés sont tous morts ; nous qui les comprenons,
Amis, la haine est là, défendons bien leurs noms.

IX

Athée ? entendons-nous, prêtre, une fois pour toutes.
M'espionner, guetter mon âme, être aux écoutes,
Regarder par le trou de la serrure au fond
De mon esprit, chercher jusqu'où mes doutes vont,
Questionner l'enfer, consulter son...

Poet: Victor Hugo

A qui est plus un Amant obligé
Ou a Amour, ou vrayement a sa Dame  ?
Car son service est par eulx redigé
Au ranc de ceulx, qui ayment los, & fame.

À luy il doibt le cueur, a elle l’Ame,
Qui est autant, comme a tous deux la vie  :
L’un a l’honneur, l’...