Point d’injure ! silence autour du vieillard blême,
Dernier représentant de l’époque problème.
Les aînés sont tous morts ; nous qui les comprenons,
Amis, la haine est là, défendons bien leurs noms.

Esprit de l'homme, un jour sur ces cimes glacées,
Loin d'un monde odieux, quel souffle t'emporta ?
Tu fus jusqu'au sommet chassé par tes pensées ;
Quel charme ou quelle horreur à la fin t'arrêta ?

Ce furent ces forêts, ces ténèbres, cette onde,
Et ces arbres sans...

Ainsi que Crusoë dans son île déserte,
Le poète guette, à l’amère solitude,
Quel voile apportera la béatitude,
A son exil. La mer, comme une porte ouverte,
Semble donner l’espoir qu’apparaîtra soudain
Le bateau qui rira à l’horizon d’étain.
Et la fièvre prend...

 
    Le soir ranime un peu le parfum de ces fleurs.
    Si vous voulez bien, admirons-les ensemble.

    Mon cœur est affranchi de ses vieilles douleurs
    Et ma sérénité ne veille, ni ne tremble.

    Il est tant de beauté sur la terre. Voyez,
    Elle est...

Version 1

Les anges dans nos campagnes,
Ont entonné l’hymne des cieux ;
Et l’écho de nos montagnes
Redit ce chant mélodieux :
Gloria in excelsis Deo (bis)

Bergers, pour qui cette fête ?
Quel est l’objet de tous ces chants ?
Quel vainqueur...

Poet:

Pourquoi vous troublez-vous, enfants de l'Evangile ?
À quoi sert dans les cieux ton tonnerre inutile,
Disent-ils au Seigneur, quand ton Christ insulté,
Comme au jour où sa mort fit trembler les collines,
Un roseau dans les mains et le front ceint d'épines,...

 
    Dans l’orage secret, dans le désordre extrême
    Je n’ose avouer à moi-même que j’aime !
    Cela m’est trop cruel, trop terrible… Mais j’aime !

    Pourquoi je l’aime ainsi ? L’éclat de ses cheveux…
    Sa bouche… Son regard !… Ce qu’elle veut, je veux....

D'où me vient, ô mon Dieu ! cette paix qui m'inonde ?
D'où me vient cette foi dont mon cœur surabonde ?
A moi qui tout à l'heure incertain, agité,
Et sur les flots du doute à tout vent ballotté,
Cherchais le bien, le vrai, dans les rêves des sages,
Et la paix dans...

 
O ma belle brune aux yeux bleus,
Vagabonde enfant des Bohèmes,
Laisse-moi lire dans tes yeux,
De ton regard les longs poèmes.

Derrière le rideau des bois
Le soleil va cacher son orbe ;
Assoupis un moment ta voix
Et les refrains de ton théorbe....