À présent voici comme une prière,
et c’est la vie d’ici qui dit son temps
selon le soleil, le jour et la mer,
et les villes où l’aller des passants

montre chacun œuvrant à sa manière :
seigneur à cheval, à pied paysan,
...

Poet: Max Elskamp

 

Comme une ville qui s’allume
Et que le vent vient d’embraser,
Tout mon cœur brûle et se consume,
J’ai soif, oh ! j’ai soif d’un baiser.

Baiser de la bouche et des lèvres
Où notre amour vient se poser,
Plein de délices et de fièvres,
Ah ! j’ai...

 
Quand j’étais tout enfant, ma bouche
Ignorait un langage appris :
Du fond de mon étroite couche
J’appelais les soins par des cris ;

Ma...

X

Comme dans les étangs assoupis sous les bois,
Dans plus d’une âme on voit deux choses à la fois,
Le ciel, qui teint les eaux à peine remuées
...

Poet: Victor Hugo

Comme le corps ne permect point de veoir,
A son esprit, ny sçauoir sa puissance :
Ainsi l’erreur, qui tant me faict avoir
Deuant les yeulx le bandeau d’ignorance,
Ne m’à permis d'auoir la congnoissance
De celuy là, que pour pres le chercher
Les Dieux avoient...

Comme un chant de cloche pour les vêpres douces
s’arrête doucement sur la colline en mousse
près d’une tourterelle aux pattes roses,
mon âme qui chante auprès de vous se pose.

Comme un lis blanc au jardin du vieux presbytère
se parfume doucement par la douceur des...

 
Comme un dernier rayon, comme un dernier zéphire
       Anime la fin d’un beau jour,
Au pied de l’échafaud j’essaye encor ma lyre.
       Peut-être est-ce bientôt mon tour ;
Peut-être avant que l’heure en cercle promenée
       Ait posé sur l’émail brillant...

 
Comme un fruit au printemps et dans sa fleur se noue,
Ainsi notre âme à l'heure où le matin s'y joue ;
Les fruits sont dès avril ce qu'ils seront plus tard ;
Tels nous-mêmes : l'enfant renferme le vieillard.
On connaît les efforts de l'humaine culture,
Et...

Comme un insecte, la faucheuse mécanique
parcourt le foin. Son cliquetis irrégulier
semble accroître la torpeur qui se communique
à la vigne et à l’horloge de l’escalier.
Laissez-moi ne penser à rien. C’est un ennui
que de n’entendre parler que d’appendicite,
...

 

Comme une herbe sans eau, comme une fleur aride
Qui s’éteint sans parfums sous les feux de l’été,
Mon âme, loin de toi, mon âme est morne et vide :
          En te quittant j’ai tout quitté !

La ville et ses splendeurs, la nature et ses charmes,
Rien n’a...