« Le jour n’est pas venu, » disent-ils... que t’importe !
L’héroïsme est chez toi l’œuvre de tous les jours.
Non, Pologne du Christ, non, non tu n’es pas morte !
Tu forceras le ciel à te prêter secours.

Devant tes morts d’hier la haine s’est trompée :
À...

 
On dit qu’impatients d’abdiquer la jeunesse,
Aux sordides calculs vous livrez vos vingt ans ;
Qu’à moins d’un sang nouveau qui du vieux sol renaisse,
La France et l’avenir ont perdu leurs printemps.

A l’âge où nous errions, livre en main, sous la haie,
Tout...

 
I

Que t’importe d’entrer dans la terre promise,
Si tu vois sur ses tours nos drapeau triomphants ;
Si du haut de l’Horeb tu peux, arec Moïse,
Montrer d’un doigt certain la route à nos enfants ;

Si tu sais, dans ta foi, qu’une vertu se fonde,
Que ton...

 
Puisque assis au foyer de tes chaudes collines,
J'en ai bu les parfums dans l'or de ton soleil,
Puisque tes pins, touchés par les brises marines,
Bercent si doucement mon rêve ou mon sommeil ;

Puisqu'on me réchauffant, comme eût fait une mère,
A ton hôte...

 
— O mère des vivants, ô terre, ô déité,
Nul homme plus que moi n'adore ta beauté !
Il n'est pas de rayon au ciel, et pas de globe,
Qui me soient plus sacrés qu'une fleur de ta robe.

— Je me souviens de toi ; sur mes plus hauts sommets
Un pied plus amoureux...

 
Si j'ai conduit, souvent, la Muse loin des villes,
Amoureux du désert et des sentiers secrets ;
Si j'enlaçais, hier, dans mes loisirs tranquilles,
L'olivier de Provence au chêne du Forez ;

Si j'ai trop écouté l'esprit des solitudes ;
Si, des sapins neigeux...

 
Il est à vous ce livre issu de la prière :
Qu’il garde votre nom et vous soit consacré ;
Ce livre où j’ai souffert, ce livre où j’ai, pleuré,
Ainsi que tout mon cœur, il est à vous, ma Mère !

J’y mets tout ce que j’ai d’espérance et de foi,
Ma plus ferme...

 
I

Quand j’eus pris pour devoir la sainte Poésie,
Effrayé de ma tâche après l’avoir choisie,
J’hésitai, m’accusant d’obéir à l’orgueil...
Un bras plus fort que moi m’a fait franchir le seuil.
Alors, pour me donner le courage et l’exemple,
J’ai gravé...

 
L'esprit calme des dieux habite dans les plantes.
Heureux est le grand arbre aux feuillages épais ;
Dans son corps large et sain la sève coule en paix,
Mais le sang se consume en nos veines brûlantes.

A la croupe du mont tu sièges comme un roi ;
Sur ce...

 
Sur sa tombe lointaine et que rien ne protège,
Entassant la poussière et les rameaux flétris,
Dix ans viennent de fuir, fertiles en débris ;
Dix ans sur sa mémoire ont répandu leur neige.

Son nom, toujours présent et baigné de nos pleurs,
Reste écrit dans...